Le tome 2 avance mais, alors que tout sembler s'écouler tout seul la semaine dernière, l’écriture se fait difficile depuis quelques jours. Laborieuse, harrassante. Les mots couchés sur le papier s'harminisent difficilement. L'atmosphère du chapitre peine à prendre corps.

C’est un des moments clés du récit qui se joue. Un moment auquel j’ai pensé de nombreuses fois, que j’ai imaginé de nombreuses façons différentes. Et maintenant il faut lui donner vie sur le papier. Rendre la tension sans friser la caricature. Respecter la personnalité de chaque protagoniste sans forcer le trait. L’exercice est difficile.

Je me suis fixé l'objectif d'écrire 5 pages par semaine... il sera difficile de m'y tenir pour cette fois.